Concurrence accrue sur le vaccin antigrippe

Le britannique GSK revient en 2022 sur le marché français, occupé par Sanofi et Mylan.

Cette année encore, l’ombre du Covid devrait planer sur la campagne de vaccination contre la grippe. Il est encore trop tôt pour évaluer l’appétence des Français. Après deux doses de vaccins Covid et bientôt une troisième pour les plus vulnérables, la lassitude pourrait être de mise. Pourtant, dans un contexte de circulation de la grippe et du SARS-Cov-2, les médecins alertent sur «les risques de surinfection» et les difficultés à diagnostiquer les deux maladies aux symptômes assez proches. Si la grippe n’a pas circulé l’an passé, évincée par le Covid, des cas sporadiques sont apparus depuis la rentrée. La diminution des gestes barrières pourrait favoriser sa circulation.

L’an passé, alors que les vaccins Covid n’étaient pas encore disponibles, les Français – et surtout les plus fragiles (plus de 65 ans, malades chroniques…) – s’étaient rués dans les officines. Si l’objectif des 75 % de couverture vaccinale des populations ciblées n’avait pas été atteint, on s’en était rapproché avec près

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici