Pourquoi Les Républicains ont gagné 16.000 adhérents en trois semaines

Alexandre Chauveau
09h00, le 22 octobre 2021, modifié à
09h59, le 22 octobre 2021

Alors que les candidats au congrès des Républicains sont en campagne auprès des militants LR, le nombre d’adhésions au parti est passé de 80.000 il y a trois semaines à plus de 96.000 cette semaine. Une hausse significative que les cadres du parti considèrent comme un symbole de l’engouement pour la bataille à droite.DÉCRYPTAGE

Et si une bataille entre responsables politiques était le meilleur moyen de recruter des adhérents au sein d’un parti ? C’est ce que peuvent considérer Les Républicains, qui étaient 80.000 début octobre et 96.000 trois semaines plus tard. Un bond de 20% du nombre d’adhérents à moins d’un mois et demi du congrès décisif du 4 décembre qui déterminera le candidat LR pour l’élection présidentielle. Aux yeux de la direction du parti, ces recrues massives sont le signe d’un réel engouement pour la compétition et les idées de droite.

Les adhérents « ont senti que le rassemblement était réel »

En tout cas, les cadres des Républicains se satisfont, en public comme en privé, des nouvelles adhésions. La barre des 100.000 membres devrait être franchie la semaine prochaine et le parti espère compter sur 110.000, voire 120.000 votants pour le congrès du 4 décembre. « Ce sont des électeurs qui étaient partis parfois chez La République en marche et qui ont compris, qu’on avait enfin quitté le costume de la droite la plus bête du monde », explique Agnès Evren, présidente de la Fédération de Paris, au micro d’Europe 1. « Ils ont senti que le rassemblement était réel et qui, du coup, se disent qu’ils veulent participer à la désignation du candidat. »

La mobilisation des candidats

De leur côté, tous les candidats tentent de faire adhérer le plus d’électeurs possible aux Républicains. Valérie Pécresse a mobilisé les 10.000 membres de son micro-parti, Libres !, tandis que Xavier Bertrand compte, lui, sur ses relais dans les territoires. Tous les deux veulent faire basculer le rapport de force qui semble pour l’instant pencher pour Michel Barnier. En clair, l’engouement de ces derniers jours est surtout lié à la mobilisation accrue des candidats. Une dynamique que les débats télévisés à venir, dont le 21 novembre sur Europe 1 et CNews, devraient sans doute accélérer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici