comment l’exécutif français réagit après l’ouverture du conflit

Jacques Serais, édité par Solène Leroux avec AFP
10h27, le 24 février 2022, modifié à
12h40, le 24 février 2022

L’Armée russe entre en Ukraine, pris en tenaille à ses frontières. Des explosions entendues jusqu’à Kiev, des bases aériennes détruites. Les gardes frontières ukrainiens annoncent un premier mort. Vladimir Poutine a lancé l’offensive à l’aube, le début d’une guerre condamnée fermement par Emmanuel Macron. Le président français a convoqué un conseil de défense à l’Élysée ce matin à 9 heures. Emmanuel Macron a eu Volodymyr Zelensky vers 8 heures ce matin sur son portable. Lors de cet échange téléphonique, le président ukrainien a décrit la situation et a « demandé des interventions multiples pour soutenir l’Ukraine », rapporte l’Élysée.

Volodymyr Zelensky a demandé « de faire unité en Européens ». Emmanuel Macron lui a alors affirmé tout le soutien et la solidarité de la France, explique l’Élysée. Emmanuel Macron, qui dans un communiqué, « condamne fermement la décision de la Russie de faire la guerre à l’Ukraine » et appelle Moscou à mettre « immédiatement fin à ses opérations militaires ».

De nombreuses concertations en cours

Face à cette situation, « la concertation entre partenaires et alliés va être intense toute la journée », a souligné l’Élysée. Le chef de l’État participera cet après-midi à 15 heures à une réunion du G7 en visioconférence, avant de se rendre à Bruxelles ce soir pour un Conseil européen extraordinaire. Avant cela, il a parlé avec le président du Conseil européen Charles Michel, selon l’Élysée. Une crise qui, évidemment, bouleverse l’agenda des politiques aujourd’hui. Le premier ministre Jean Castex a lui annulé son déplacement prévu à Angers aujourd’hui.

Cette aggravation de la crise intervient après des semaines de mobilisation d’Emmanuel Macron pour tenter une solution diplomatique, notamment avec une visite à Moscou, où il a rencontré pendant plus de cinq heures Vladimir Poutine, et à Kiev. Alors que la France préside le conseil de l’UE au premier semestre, le chef de l’État a également multiplié les échanges avec les autres dirigeants européens, comme l’Allemand Olaf Scholz, et occidentaux comme l’Américain Joe Biden.

La commission des Affaires étrangères convoquée

Selon les informations du service politique d’Europe 1, à Paris dans le même temps, la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale sera convoquée. « Les parlementaires de la commission des Affaires étrangères auront le souci d’être présents, de débattre ensemble de ce qui est quand même la crise la plus grave de l’histoire internationale depuis sans doute la Seconde Guerre mondiale, en tout cas depuis la crise de Cuba », assure au micro d’Europe 1 Jean-Louis Bourlanges, président MoDem de cette commission.

D’après lui, « il est normal que la représentation parlementaire se saisisse d’une situation aussi dramatique et se réunisse pour éventuellement adopter des résolutions ». Cette réunion doit se faire dans les « heures qui viennent », « soit ce soir en séance de nuit, soit demain matin », a précisé Jean-Louis Bourlanges.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici