« Les cathédrales ne sont pas faites pour la pop music »

Alexis Patri
15h00, le 24 octobre 2021, modifié à
15h13, le 24 octobre 2021

Au micro d’Isabelle Morizet dans l’émission « Il n’y a pas qu’une vie dans la vie » dimanche, l’auteur-compositeur-interprète Laurent Voulzy revient sur son parcours personnel et professionnel. Et notamment la tournée qu’il débute dans les églises et cathédrales de France, des salles dont l’acoustique qui l’oblige à quelques arrangements.INTERVIEW

Laurent Voulzy reprend sa tournée dans les églises et les cathédrales de France. Un spectacle où il mêle à sa passion du mystique une sélection des chansons qui ont fait son succès au fil de sa carrière. Mais un spectacle qui l’oblige également à repenser ses compositions, afin de s’adapter à l’acoustique particulière des lieux, bien différente de celle des salles de concerts dont il a l’habitude. C’est ce qu’explique l’artiste dimanche sur Europe 1, à l’occasion de son invitation dans l’émission d’Isabelle Morizet, dans l’émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie.

« Il y a deux contraintes quand on joue dans une église. La plupart des cathédrales, évidemment, ne sont parfaites pour la pop music. En tout cas pas pour les batteries et les basses. Ça peut vite ressembler à une bouillie », prévient l’auteur-compositeur-interprète. « Cette pop music, il faut la faire soft et il faut respecter le lieu. Il faut donc bien choisir le répertoire et faire des arrangements en fonction du lieu, qui n’est pas neutre. »

« Dans une cathédrale, il y a de la vie même sans les gens »

Les arrangements nouveaux et les lieux à l’esprit particulier de cette tournée bousculent les habitudes de Laurent Voulzy. « Quand vous rentrez dans un zénith l’après-midi pour venir répéter, c’est froid. Il n’y a rien, c’est vide. Il prend vie avec les gens », indique-t-il. « Tandis que dans une cathédrale, il y a de la vie sans les gens. C’est habité. »

« Dans ces lieux, certaines chansons prennent une nouvelle dimension, à tel point que je suis parfois surpris moi-même », explique-t-il, précisant qu’il ne veut croire qu’il verse dans l’autosatisfaction. « Par moments, je deviens spectateur des chansons, à cause de la lumière, à cause de ce que je vois quand je chante. C’est assez impressionnant. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici