Mélenchon marche pour la «VIe République» et le second tour

« Pour la VIe République », mais aussi pour forcer son destin vers le second tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon va tenter d’amplifier sa dynamique dimanche en rassemblant plusieurs dizaines de milliers de personnes dans une marche parisienne de Bastille à République. Les images de marches similaires très suivies en 2012 et 2017, lors de ses précédentes campagnes présidentielles, avaient contribué à renforcer la candidature du tribun.

En forte progression dans les sondages

Cette fois-ci, Jean-Luc Mélenchon dit « bien sentir » ses chances de se qualifier. Les intentions de vote en sa faveur montent lentement mais sûrement depuis janvier, jusqu’à entre 11 et 14% aujourd’hui, lui permettant de prendre le large sur ses concurrents de gauche et tenir l’argument du « vote efficace », nouvelle formule pour le vote utile.

Le candidat Insoumis peut se targuer aussi, dans certaines études toutes récentes, de se placer en troisième position devant la LR Valérie Pécresse et l’essayiste d’extrême droite Eric Zemmour. En relayant avec enthousiasme cette information, les lieutenants de Jean-Luc Mélenchon omettent néanmoins de mentionner que Marine Le Pen, en deuxième position, augmente aussi son score moyen en le laissant à une distance respectable.

« Le seuil d’accès au second tour est entre 15 et 18%, il y a encore trois ou quatre points à prendre sur Fabien Roussel et Yannick Jadot », ses concurrents communiste et écologiste, estime le directeur de campagne Manuel Bompard. Selon lui, le candidat a incarné l’une des « deux ou trois grandes visions » sur la guerre en Ukraine, alors que certains lui prédisaient une baisse dans les sondages à cause de son non-alignement sur les Etats-Unis et l’Otan.

Se focaliser sur « les mesures d’urgence »

Mais l’état-major de LFI sait que pour dépasser Marine Le Pen et avoir des chances dans un éventuel second tour contre le président sortant, Jean-Luc Mélenchon a aussi besoin d’installer un match sur le social. « Quand Emmanuel Macron annonce la retraite à 65 ans et moi à 60 ans, le choix du bulletin de vote tranche un combat social », martèle l’Insoumis.

Sa campagne se focalise beaucoup sur des mesures d’urgence sociale comme le blocage des prix et l’augmentation des salaires, tel le Smic à 1.400 euros nets (contre 1.269 euros depuis janvier). Sur des tracts actuellement diffusés, elles figurent tout en haut de la liste.

La convocation d’une assemblée constituante pour une VIe République, si importante dans la campagne de 2017, est reléguée beaucoup plus bas. L’assemblée constituante, dont des membres seraient élus et d’autres tirés au sort, écrirait la nouvelle constitution, qui serait plus parlementaire et participative que la Ve. En attendant son aboutissement ( deux ans de travaux et leur soumission à référendum), il nommerait un gouvernement et appliquerait les autres grandes mesures de son programme dans le cadre de l’actuel constitution.

« Cette campagne est plus collective mais aussi moins claire, moins identifiable que ses précédentes », juge un élu communiste pourtant critique du candidat concurrent du PCF Fabien Roussel. « Je ne sais pas quel est l’angle à part la crédibilité d’être le seul à tenir bon contre l’offensive droitière dans le pays ».

Attirer le plus de monde possible

Le député du Nord Adrien Quatennens promet : « La marche de dimanche va être la réaffirmation que la VIe République est une des clés du programme, qui pourra être difficilement appliqué si on reste dans la Ve République ». Le lieutenant assure que « la marche sera un succès car les indicateurs de réservation de bus et de commandes de tracts sont très bons ».

Mais il admet aussi que pour mobiliser dans les urnes et pour que la « démonstration de force » soit effective, Jean-Luc Mélenchon a besoin d’images de l’événement sur les chaînes d’information. Or avec la guerre en Ukraine, aucune image du meeting de Lyon le 6 mars, où s’étaient pourtant pressées 15.000 personnes, n’avait émergé.

Adrien Quatennens se montre confiant et annonce une innovation technique pour « la dernière ligne droite », qui rendra selon lui Jean-Luc Mélenchon incontournable. Les meetings à hologramme du candidat, eux, seront de retour le 5 avril, dans une « version 2.0 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici