Les commerçants s’inquiètent de l’inflation

Matières premières, loyers, transports, salaires… Leurs coûts flambent, les obligeant à des hausses de prix.

L’embellie sera-t-elle de courte durée? La reprise de l’activité des commerces a été très dynamique depuis la réouverture du printemps, au terme de la troisième fermeture administrative décrétée depuis mars 2020. En septembre, les ventes étaient encore supérieures de 1,3 % à leur niveau pré-Covid. Mais 2022 ne s’annonce pas aussi bien.

«Plusieurs éléments sont favorables à la consommation, concède Laurence Paganini, la présidente de Procos, fédération, qui regroupe de grandes enseignes. Le chômage est moins élevé qu’avant la crise et les Français ont accumulé beaucoup d’épargne. Mais nous craignons que les contraintes pesant sur l’offre ne contrebalancent ces bonnes nouvelles. Les nuages s’accumulent pour 2022.»

Depuis quelques mois, les commerçants encaissent l’inflation du prix du transport de marchandises. Le prix d’un conteneur a été multiplié par cinq, voire parfois par dix. Aucune accalmie n’est attendue à court terme, alors que le transport représente 6 % à 8 % du prix de revient d’un

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici