L’espagnol ACS et Benetton prêts à se déchirer pour Atlantia

Le groupe d’autoroutes italien pourrait faire l’objet d’une bataille boursière entre deux projets de reprise.

Côté cour, Florentino Pérez est le président heureux du Real Madrid qui a étrillé mercredi (3-1) Chelsea en quart de finale de la Ligue des champions à Londres. Côté jardin, il dirige le géant espagnol du BTP et des autoroutes, ACS, qui envisage une énorme opération.

«En relation avec l’information publiée par un média spécialisé sur le possible intérêt d’ACS pour Atlantia, nous pouvons confirmer qu’ACS a un accord exclusif avec deux grands fonds d’investissement internationaux (GIP et Brookfield) dans le cadre duquel ACS rachèterait la majorité de la division de concessions autoroutières», indique le groupe.

ACS a les poches pleines: il a vendu à Vinci fin décembre sa division «services industriels» pour 4,9 milliards d’euros. Hors résultats exceptionnels, le groupe a dégagé un profit de 720 millions en 2021. Et Atlantia constitue une cible de choix. Ce groupe italien qui emploie 30 000 personnes dans le monde exploite cinquante concessions autoroutières et cinq aéroports (Nice, Rome…)…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 63% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici