une retraitée de 87 ans saute en parachute pour soutenir Valérie Pécresse

Gauthier Delomez
17h47, le 08 avril 2022, modifié à
00h05, le 09 avril 2022

Josette Marchais, une retraitée de 87 ans, a sauté en parachute pour la première fois de sa vie pour apporter son soutien à la candidate des Républicains, Valérie Pécresse, à l’élection présidentielle. « Si j’ai réussi (le saut), elle va réussir aussi », a lancé l’octogénaire, qui avait déjà noué une amitié avec la candidate.

S’envoyer en l’air pour soutenir sa candidate à l’élection présidentielle. C’est le défi insolite que s’est lancé Josette Marchais, une retraitée de 87 ans dans le Lot, qui a sauté en parachute cette semaine pour la première fois de sa vie. « Je le fais pour Valérie Pécresse. L’élection présidentielle, c’est le moment parfait pour le faire », affirme-t-elle auprès de la Dépêche du Midi, qui retrace l’exploit de la retraitée. Auprès de son fils adoptif, Josette, vêtue d’un t-shirt aux couleurs de sa candidate, ne montre aucun signe d’appréhension avant de s’élancer avec son tandem pour le grand saut.

De retour sur la terre ferme, Josette Marchais confie qu’elle était « sur un petit nuage ». « C’était incroyable », ajoute-t-elle. Des fumigènes bleu-blanc-rouge ont alors été déclenchés au-dessus de l’aérodrome de Cahors, où la retraitée a réalisé son premier saut en parachute. « Valérie présidente ! », lance Josette quelques minutes après l’atterrissage.

Une amitié entre les deux femmes depuis 2002

Ce n’est pas un hasard si la retraitée de 87 ans va voter pour l’actuelle présidente de la région Île-de-France au premier tour. Les deux femmes se sont rencontrées en 2002 à Paris. Josette Marchais affirme qu’elle avait déjà soutenue Valérie Pécresse, « la petite » comme elle la surnomme, lors de ses premières élections législatives. Depuis, une amitié est née entre les deux femmes.

Et si les sondages ne sont pas favorable à la candidate LR, Josette croit en ses chances : « Si j’ai réussi (le saut), elle va réussir aussi ». La retraitée ramasse des fleurs avant de quitter l’aérodrome. « Je vais les faire sécher et les donner à la petite, ce sera notre porte-bonheur », assure Josette.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici