Diffuser des programmes Netflix dans les cinémas ? Une idée « absolument insupportable »

Thibaud Hue, édité par Manon Fossat
10h21, le 28 octobre 2021

C’est une nouvelle qui ne passe pas auprès des cinémas. Le géant Netflix entend diffuser certains de ses programmes dans des salles françaises classées art et essai. Un projet encore dans les cartons mais qui inquiète déjà les professionnels du secteur, à l’image de Mathieu Debusschère, délégué général de la Société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs de cinéma.

Près d’un Français sur deux ne s’est pas rendu dans un lieu culturel depuis l’instauration du pass sanitaire, soit le 21 juillet. Et quatre Français sur dix ne sont pas retournés au cinéma. C’est le triste constat d’une étude commandée par le gouvernement et réalisée début septembre par Harris Interactive. Le cinéma souffre donc depuis la crise sanitaire et vient en plus de voir Netflix toquer à sa porte. En décembre, la plateforme veut en effet montrer des programmes dans des salles françaises classées art et essai. Une nouvelle qui a mis le feu au poudre dans la profession.

Le projet est encore dans les cartons mais inquiète. Les exploitants des salles ont même demandé à Netflix de renoncer. Pour Mathieu Debusschère, délégué général de la Société civile des auteurs-réalisateurs-producteurs de cinéma, cette annonce fait craindre pour le long terme. Selon lui, une arrivée du géant américain pourrait notamment réduire la place des films européens dans les programmations des cinémas. « On a en France près de 6.000 salles de cinéma et que l’on puisse y retrouver autre chose que des œuvres de cinéma c’est quelque chose d’absolument insupportable », a-t-il estimé. 

Une risque pour le cinéma français de « perde sa force de frappe »

Il l’assure, l’ensemble de la profession « est absolument opposé à cette démarche » de Netflix et il pointe également du doigt plusieurs risques potentiels à ces projections de la plateforme. « Le risque est que le cinéma européen ne soit plus aussi présent en salles et que le cinéma français perde sa force de frappe et sa capacité d’exportation. Mais également que le cinéma américain, qui est très fort dans sa capacité de pénétration de nos marchés, soit de plus en plus présent », a-t-il poursuivi.

 

« En réalité c’est une question d’imaginaire. Et nous notre enjeu c’est de faire en sorte que la diversité culturelle continue à être représentée en salles. Et pour ce faire, il faut être absolument ferme lorsque Netflix tente ce genre de démarche. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici