Les «media trainers», ces conseillers dans l’ombre des politiques

ENQUÊTE – Longtemps tabou, le travail de ces conseillers en communication est pourtant plébiscité par des personnalités politiques qui ont la phobie du faux pas.

Il est 20h le dimanche 10 avril lorsque les estimations du premier tour de l’élection présidentielle tombent. Pour Les Républicains, c’est un coup de massue. Le parti historique essuie une lourde défaite, la candidate Valérie Pécresse se retrouve sous la barre des 5%. Il faut trouver une manière de réagir sans perdre la face, un exercice plus délicat encore pour les responsables «Macron-compatibles». En coulisses, Jean-Luc Mano s’affaire. Ce conseiller en communication politique et cofondateur du cabinet Only-Conseil chuchote à l’oreille de ces élus idéologiquement proches du candidat sortant. «Deux questions se sont posées», explique-t-il. «Comment parler de cet échec à la télévision ? Et quel degré de soutien stratégique apporter à Emmanuel Macron, sans pour autant passer pour un opportuniste ?»

Ancien journaliste, Jean-Luc Mano est un de ces conseillers, souvent issus du monde du journalisme ou du divertissement, qui conseillent les personnalités politiques dans leurs interventions médiatiques – dans le jargon, il est media trainer. Le rôle de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici