Test Samsung Galaxy Tab S8+ : notre avis

Cette année, l’ardoise premium de Samsung se confronte toutefois à une concurrence un peu plus aiguisée, voyons ce comment elle s’en sort.

Design : un revival de la Tab S7+…

Inutile de chercher une grosse évolution stylistique sur la Galaxy Tab S8+, Samsung préfère jouer la sécurité en conservant à l’identique un châssis qui a fait ses preuves et un design qui avait déjà séduit en 2020. On retrouve donc une tablette très fine, aux angles arrondis et aux bordures amincies au maximum. L’impression d’avoir affaire à un produit haut de gamme est omniprésente sur la Tab S8+, avec une qualité d’assemblage irréprochable et des finitions particulièrement soignées. Il s’agit réellement d’une belle tablette, qui prend la forme d’une plaque de verre et d’aluminium mêlés avec savoir-faire. 

Côté dimensions, on retrouve pratiquement à l’identique ce que proposait la Tab S7+, avec 185 x 285 x 5,7 mm pour 567 grammes sur la balance. Cette nouvelle tablette reprend par ailleurs la même diagonale de 12,4 pouces, avec un écran qui occupe à nouveau 85 % de la surface totale disponible en façade. Globalement, la prise en mains reste donc très agréable. Au quotidien l’ardoise premium de Samsung est plaisante à utiliser même si sa grande taille pourra éventuellement gêner certains utilisateurs.  

On regrette par contre que le Stylet S Pen de nouvelle génération soit à nouveau rechargeable uniquement lorsqu’on l’aimante à l’arrière de la tablette, ce qui n’est pas toujours très pratique. Il est possible de l’installer sur la tranche supérieure, mais sans recharge, et avec un placement beaucoup plus capricieux : nous n’arrivions jamais à positionner le stylet correctement à cet endroit du premier coup. Notons que ce nouveau stylet (fourni par défaut avec la S8+) est cependant très plaisant à utiliser car plus fin et plus léger que l’ancien modèle. Sa mine souple offre par ailleurs un bon confort pour la prise de notes et autres gribouillages. 

Cette année encore, Samsung nous propose une connectique réduite au strict nécessaire : comprenez qu’on ne trouve qu’un port USB-C sur sa nouvelle ardoise — pas de prise casque au menu. C’est dommage. Deux boutons sont à nouveau installés sur la tranche supérieure de la tablette, pour le verrouillage et le réglage du volume. On note enfin la présence d’un capteur d’empreintes logé sous l’écran et d’un système d’identification faciale offert par le module photo frontal. Ces deux systèmes biométriques permettent un déverrouillage instantané de l’appareil.

Un point rapide sur les haut-parleurs avant de passer à la suite. Au nombre de quatre, ces derniers diffusent un son correct mais très axé sur les médiums. Il manque aussi un peu trop de relief, la faute à des graves en retrait, comme souvent. Ces speakers conviennent néanmoins très bien en dépannage ou pour regarder des vidéos… ils progressent aussi par rapport à ce que proposait Samsung par le passé.

Écran : une dalle AMOLED de toute beauté

Comme en 2020, Samsung mise sur une grande dalle AMOLED de 12,4 pouces disposant d’une fréquence de rafraîchissement 120 Hz. Cette dalle, fabriquée en interne par Samsung Display, offre une expérience d’affichage qui confine à la perfection, du moins à un ou deux détails près. 

Aidés de notre sonde et du logiciel de mesure Calman Ultimate, nous avons commencé par relever un DeltaE mesuré à 3 et une température des couleurs de 6805 kelvins. L’écart entre les couleurs est donc au point (le DeltaE est censé être égal ou inférieur à 3, nous y sommes) mais ces dernières sont légèrement trop froides par défaut sur la Tab S8+. Un petit défaut colorimétrique que l’on pourra atténuer en passant par les réglages.

En mode manuel, la luminance maximale de la dalle atteint pour sa part les 358,2 cd/m2. C’est correcte sans être renversant. Nous retombons néanmoins sur les mêmes valeurs qu’avec la Tab S7+ il y a deux ans. Notons enfin que le contraste de ce grand écran est tout bonnement infini, grâce à la technologie OLED. Une caractéristique qui offre une belle sensation de relief à l’image. La couverture des principaux espaces colorimétrique monte pour sa part à 147% pour le spectre sRGB et à 99% pour le gamut DCI-P3. Des valeurs très satisfaisantes là aussi.

Performances : le Snapdragon 8 Gen1 en furie

Pour animer sa Tab S8+, Samsung n’y va pas avec le dos de la cuillère : il l’équipe de ce qui se fait de mieux actuellement (du moins sur le marché Android), en optant pour un Snapdragon 8 Gen1. Couplée ici à 8 Go de RAM, la dernière puce haut de gamme de Qualcomm (gravée en 4 nm par Samsung Foundry) développe un niveau de performances assez grisant. Sans jamais trembler, elle officie avec brio et permet à notre S8+ d’être extrêmement réactive dans tous les contextes d’utilisation. C’est bien simple, nous n’avons jamais eu le sentiment que la tablette manquait de ressources

Ce constat s’étend aussi en jeu, où la partie GPU du SoC nous permettait par exemple de jouer à Call of Duty Mobile avec l’ensemble des réglages poussés à fond, le pack de textures HD activé et une fluidité inattaquable. Autre point positif, nous n’avons pas constaté de chauffe trop marquée sur la S8+, même après de longues sessions de jeu. 

3D Mark

Geekbench

Côté connectivité, la tablette mise sur du Wi-Fi 6 et du Bluetooth 5.2. Notons également qu’une option 5G existe pour la Tab S8+, mais notre unité de prêt n’en était pas dotée.

Autonomie : le talon d’Achille de la Tab S8+ ?

À l’image de sa prédécesseur, la Tab S8+ n’est pas nécessairement une championne de l’autonomie. Alimentée par une batterie de 10 090 mAh, la tablette haut de gamme de Samsung nous offre une expérience honnête sans plus. En 120 Hz, sur Netflix, avec la luminosité de l’écran en auto et un casque Bluetooth connecté nous avons pu enchaîner les épisodes de Désenchantée pendant 11h30 avant que la Tab S8+ ne rende les armes en s’éteignant. 

Dans le cadre d’une utilisation régulière en cours de journée pour de la navigation web et de la lecture vidéo, il est cette fois possible de tenir facilement deux jours avant de devoir regagner le chargeur. En l’état, l’autonomie que nous propose Samsung donc est à peu près du niveau d’un iPad Air 2022.

Pour ce qui est de la recharge, Samsung vise juste en nous proposant le support pour la recharge rapide en 45 W. Cela nous permet de retrouver une charge complète à peu près 1h20 sur secteur d’après nos observations. Il faut par contre souligner que la firme (qui s’était pourtant beaucoup moquée d’Apple sur ce point) ne fournit plus aucun bloc secteur avec sa tablette. Si vous n’avez pas de chargeur USB-C sous la main, il vous faudra donc repasser à la caisse.

Photo : légère progression sur la photo

Sur le volet photo, la Tab S8+ embarque deux capteurs photo à son dos : un module grand-angle de 13 Mpx, et un ultra grand-angle de 6 Mpx seulement. En façade, on passe par contre cette année à un capteur de 13 Mpx. On observe donc une petite progression technique par rapport aux modules 13 Mpx, 5 Mpx et 8 Mpx, respectivement, dont la Tab S7+ se contentait. 

Cette progression permet à la nouvelle ardoise haut de gamme de Samsung de gagner un peu en qualité photo, même si ce n’est pas sur ce terrain qu’on l’attend. Son capteur principal grand-angle permet de belles photos dans de bonnes conditions de luminosité.

 

 

On arrive alors à approcher la qualité d’un bon smartphone d’il y a deux ou trois ans… ce qui n’est pas si mal. En basse lumière, les choses se gâtent par contre avec une netteté qui décroche sérieusement, même avec le mode nuit activé. Le module ultra grand-angle est par contre en retrait, avec des clichés souvent déformés sur les bords et un manque de détails fréquent. La tentation de l’oublier pour n’utiliser que le capteur principal est forte.

En façade, le nouveau module de 13 Mpx fait du bon travail. Il s’avère tout à fait convaincant pour les échanges en visio avec la famille ou dans un contexte professionnel. Attention par contre au mode portrait, qui n’est par contre absolument pas naturel.

La Samsung Galaxy Tab S8+ face à ses concurrentes

Proposée à partir de 999 euros en version Wi-Fi, et dès 1159 euros en version 5G, la Samsung Galaxy Tab S8+ n’est clairement pas une tablette abordable. Ce placement nuit selon nous à la compétitivité de cette Tab S8+ face à l’excellente Lenovo Tab P12 Pro (dès 899 euros), qui se contente toutefois d’un processeur un peu moins performant. 

Côté Apple, l’iPad Pro 12,9 pouces (à partir de 1219 euros) reste le principal rival de Samsung sur le haut de gamme. Il s’affiche par contre à un tarif sensiblement plus élevé. 

 Conclusion

La Galaxy Tab S8+ de Samsung est une nouvelle fois un grand cru auquel on a du mal à trouver des défauts réellement handicapants. La tablette haut de gamme du géant coréen parvient à peaufiner légèrement l’expérience offerte avec sa prédécesseur, la Tab S7+, mais sans rien révolutionner. On pourra toutefois reprocher à Samsung un placement tarifaire qui reste véritablement prohibitif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici