Dans le Nord, Castex vante un Macron à l’écoute des «souffrances» des Français

Le Premier ministre Jean Castex s’est porté en faux contre l’image d’un Emmanuel Macron « hautain », le décrivant au contraire comme plein de « considération » pour les Français dont il veut « alléger les souffrances », lors d’un déplacement mardi dans le Nord.

Capacité du président à prendre des « décisions difficiles »

Emmanuel Macron « est un homme extrêmement engagé, qui a une vision du pays mais a aussi une profonde connaissance de ses concitoyens », a assuré Jean Castex au cours d’une réunion publique à Halluin, une commune à la frontière belge qui a accordé 30,19% de voix à Marine Le Pen au premier tour, devant Emmanuel Macron (28,08%)

Il a mis en avant « l’intérêt qu’il leur porte, sa considération profonde » et son « souci d’alléger leurs souffrances », loin de l’image d’homme « hautain, qui n’écoute pas », que lui renvoient parfois les Français.

Insistant sur la capacité du président sortant à prendre des décisions difficiles mais indispensables pour l’avenir, le Premier ministre a évoqué la réforme des retraites, estimant qu' »il vaut mieux décaler l’âge de départ pour permettre à des millions de retraités de vivre mieux, d’avoir une dépendance mieux prise en charge ».

Devant quelque 300 personnes, le Premier ministre a laissé le soin au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui l’accompagnait, d’attaquer Marine Le Pen, son « programme infinançable », sa « démagogie » et ses « promesses sans lendemain ».

Castex vante la « réindustrialisation » menée sous le quinquennat

Sur la question de la place de la France au sein de l’Union européenne, « tout retour en arrière serait mortifère », a aussi averti M. Castex, assurant que l’UE avait cessé de « n’être qu’un lieu de libre-échange » pour devenir de plus en plus politique sous la présidence française du Conseil.

Au cours de ce déplacement dans le Nord, le Premier ministre a d’abord visité la société de tissage Lemaitre Demeestere, dont les produits en lin sont réalisés à 100% en France, saluant la relocalisation des activités de filature, accompagnée par le plan de relance, et le potentiel de cette filière.

Tout en disant comprendre l' »inquiétude » des Français, il y a vanté la « réindustrialisation » menée sous ce quinquennat, insistant sur sa compatibilité avec la transition écologique.

« A la fin du fin, dans le secret de l’isoloir, chacun doit se dire ‘qu’est-ce qui est le mieux pour mon pays, qui va sauvegarder l’identité, les valeurs qui fondent le pays?' », a-t-il ensuite résumé auprès de journalistes; au cours d’une déambulation dans le centre-ville d’Halluin, entre deux selfies avec des habitants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici