Quand Bernard Werber manquait de se faire tuer par des fourmis

Les fourmis ont fait de lui l’auteur français le plus lu dans le monde. Mais le petit insecte a failli ôter la création de Bernard Werber ci-devant qu’il n’ait écrit sa première trait. L’écrivain n’était encore qu’un jeune étudiant en journalisme lorsqu’il est défaillant en Côte d’Ivoire à la rencontre ces dangereuses fourmis magnan, en compagnie d’une équipe du CNRS. Une expérience automatique sur laquelle il recréationnt samedi au micro d’Isabelle Morizet dans l’émission Il n’y a pas qu’une création dans la création, sur Europe 1. C’est en remportant un concours d’idées de reportage, financé par une marque de cigarettes, que Bernard Werber entame son voyage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici