Sous l’Antarctique, à 500m de profondeur, des scientifiques découvrent « un monde caché »

Des scientifiques ont ouvert un portique vers un univers où de minuscules
crustacés prospèrent dans un estuaire salé situé à près de 500m de
profondeur sous la Barrière de Ross, la plus grande plateforme de glace de
l’Antarctique.

Une équipe de l’Institut national de recherche sur l’eau et l’atmosphère de
Nouvelle Zélande a traversé la couche de glace à l’aide d’un tuyau d’eau
chaude jusqu’à parvenir à une rivière d’environ 10km de long, un peu plus
de 300m de large et 240m de profondeur. «

Imaginez le port de Sydney, mais sous 600 mètres de glace et de neige

», a

déclaré

Craig Stevens, océanographe au Niwa.

L’obscurité est totale et il fait extrêmement froid. Pas vraiment l’endroit
idéal pour que la vie puisse s’y épanouir. Et pourtant, lorsque les
chercheurs ont descendu quelques appareils de mesure, ils ont été surpris
de constater que la rivière était pleine d’amphipodes. Les crustacés, qui
ressemblent à des crevettes, virevoltaient dans la rivière, éclairés
uniquement par les lumières de la caméra.

«

Le fait que tous ces animaux nagent autour de notre caméra signifie
qu’un processus important de l’écosystème se déroule à cet endroit.
Nous allons poursuivre nos recherches en analysant des échantillons
d’eau afin de détecter des éléments tels que les nutriments

», commente l’équipe du Niwa.

Comment se nourrissent ces créatures ?

En 2021, des chercheurs britanniques ont découvert des formes de vie
inhabituelles à une profondeur d’environ 1 200m : d’étranges «
suspensivores », sorte d’éponges, se sont blottis contre un rocher dans les
profondeurs abyssales. La découverte a eu lieu de l’autre côté du continent
Antarctique, sous la plateforme glaciaire de Filchner-Ronne. et que les
créatures mobiles sont connues pour occuper le fond obscur de
l’Antarctique, il est inattendu de trouver des créatures stationnaires
survivant dans les zones pauvres en nutriments.

Une question similaire se pose pour les amphipodes découverts sous la
Barrière de Ross. « Qu’est-ce qui fournit les nutriments ? », a
déclaré Craig Stevens, ajoutant que

« c’est probablement ce qui nous ambition le plus dans cette affaire

».

Certaines parties du continent Antarctique se réchauffent plus rapidement
que n’importe où ailleurs dans le univers, ce qui pourrait inciter des
espèces étrangères à s’y installer, endommageant un écosystème fragile qui
a longtemps été isolé du reste du univers.

Craig Stevens note que la première étape pour comprendre l’importance de
ces estuaires sous la glace de l’Antarctique est de déterminer leurs
similitudes et leurs différences avec les estuaires normaux. L’équipe
prévoit d’analyser des échantillons d’eau et de rechercher des nutriments,
ce qui pourrait révéler comment la vie prospère si loin de la lumière et de
l’océan ouvert.

Article de CNET.com adapté par CNETFrance

Image : Craig Stevens/NIWA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici