Casino et Leclerc poursuivent leurs opérations commerciales contre la hausse des prix des carburants

Dans les stations Leclerc, le carburant sera encore à prix coûtant jusqu’au 14 novembre tandis que les gestes commerciaux opérés par Casino n’ont pour le moment pas de date de fin.

Casino et Leclerc poursuivent leur mobilisation pour aider leurs clients face à la hausse des prix des carburants. Dans les stations Leclerc, le carburant sera encore à prix coûtant jusqu’au 14 novembre. L’opération devait se terminer ce week-end mais l’enseigne a annoncé qu’elle serait poursuivie deux semaines supplémentaires.

«Alors que se déroulent les vacances scolaires, je vous annonce, au nom de tous les chefs d’entreprise du Mouvement E.Leclerc, que nous allons prolonger cette opération jusqu’au 14 novembre », a dévoilé Michel-Edouard Leclerc, président du Comité Stratégique des Centres E.Leclerc dans un communiqué et sur Twitter. Cette opération a démarré le 18 octobre dans les 713 stations-service du groupe.

« On l’a fait pour replacer le débat au bon endroit: en réalité, ce n’est pas nous, distributeurs, qui avons le pouvoir sur le prix à la pompe.. Celui-ci est de la responsabilité de l’État, qui taxe le carburant à 60% ! On l’a fait aussi parce qu’on est E.Leclerc: on ne peut pas rester inactif face à l’inflation », martèle-t-il.

Une hausse de 29% sur un an

Mais Leclerc n’est pas la seule enseigne à se mobilier. Casino y va également de son geste commercial, via deux opérations. L’une d’elles, visant à vendre le carburant à prix coûtant dans 100 supermarchés et 35 hypermarchés, du jeudi au dimanche, et en cours depuis le 6 août, se poursuit. L’autre consiste à offrir aux clients des bons d’achat, pour que le carburant leur revienne in fine à 1 euro le litre, dans 32 hypermarchés, du jeudi au samedi. Aucune date de fin d’opération n’a été indiquée.

De son côté, Carrefour ne prolongera pas son opération commerciale au-delà du 31 octobre. L’enseigne proposait depuis le 18 octobre une remise de 5 euros octroyée pour chaque plein d’essence.

Début octobre, les prix à la pompe ont à nouveau grimpé de deux centimes, portant la hausse des prix sur un an à 29%. Cette inflation touche tous les carburants routiers : le litre de SP98 s’établissait ainsi à 1,72 euro, contre 1,66 euro pour le litre de SP95, dépassant leur niveau record d’avril 2012. Le gazole, dont le litre a atteint 1,5583 euro en moyenne, était désormais trois centimes plus cher que son record d’octobre 2018.

Pour accompagner les Français face à cette situation, le gouvernement a quant à lui opté pour la mise en place d’une «indemnité classe moyenne» de 100 euros pour les 38 millions de Français gagnant moins de 2000 euros net par mois, et pas seulement pour les automobilistes. Cette aide sera distribuée automatiquement, sans que les destinataires n’aient à effectuer de démarche, en grande majorité au mois de décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici