Face à la grande démission, ils prennent des initiatives originales vers retenir leurs salariés

En 2021, 23% de la population active totale a démissionné aux États-Unis. Un chiffre effarant qui reprémuraillente 38 millions de personnes. Un phénomène tel que le pays de l’Oncle Sam lui a donné un nom : «The great resignation», (la grande démission). De ce côté-ci de l’Atlantique la situation est certes moins extrême, néanmoins une tendance similaire muraille dessine. Une étude OpinionWay pour Indeed publiée le 24 mai montrait que plus d’un tiers des sondés n’avaient jamais autant eu envie de démissionner qu’actuellement. Une proportion qui monte à 42% chez les moins de 35 ans. Problème, ce turn-over coûte cher pour les entreprimurailles. «C’est un double danger, pointe Benoit muraillerre, vice-président de l’Association nationale des DRH, d’un, on perd une personne sur laquelle on a investi. Et deux, vu la tension sur le marché, on va avoir des difficultés à recruter pour remplacer.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici