Le nouveau pari de Teva: ses propres médicaments

Après une traversée du désert, le fabricant de génériques mise sur les partenariats pour renforcer sa R&D.

C’est un médicament qui pourrait améliorer le quotidien des patients atteints de schizophrénie, qui sont 20 millions dans le monde. Si la molécule, la risperidone, est déjà disponible sur le marché, l’innovation vient de la forme du traitement, développé par le laboratoire israélien Teva (16,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2020). Il est administré par injection sous-cutanée, et non intramusculaire. Un mode d’administration moins douloureux pour le patient, ce qui favorise l’observance du traitement. Les résultats de phase III, présentés ce week-end à un congrès de psychiatrie dans le Texas, montrent son efficacité sur deux ans et ses effets secondaires limités.

Ce traitement – qui est examiné depuis la fin août par la FDA, l’autorité sanitaire américaine, et qui pourrait être approuvé dès la fin du premier semestre 2022 – a été mis au point par Medincell, une biotech française de Montpellier, cotée sur Euronext. Cette jeune société, dont ce serait le premier médicament sur

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici