l’usine de batteries de Renault à Douai prend forme

Le groupe chinois Envision AESC va investir 2 milliards d’euros.

ElectriCity, le pôle électrique bâti par Renault et ses partenaires industriels, prend forme à Douai, sur l’emprise du site du constructeur. Ce jeudi, tous les acteurs de ce projet géant d’usine de batteries électriques sont réunis pour une étape clé: la «concertation préalable» organisée avec les citoyens lorsqu’un projet industriel d’ampleur est envisagé.

Fin 2025, si le calendrier prévu est respecté, Envision AESC (Automotive Energy Supply Corporation), ex-filiale de Nissan rachetée en 2018 par le chinois Envision, devrait produire 9 GWh de batteries électriques par an. Puis monter jusqu’à 30 GWh par an à la fin de la décennie.

À Douai, Envision a prévu de bâtir successivement trois bâtiments de 9 GWh et un quatrième dont la taille dépendra des commandes de Renault ou d’autres constructeurs. Chacun devrait employer de 1000 à 1200 personnes, ce qui à terme devrait permettre de créer près de 4000 emplois. «Nous discutons avec tous les constructeurs pour obtenir des commandes pour ce site

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici