Prendre de la bouteille, avoir la dalle… D’où viennent ces expressions culinaires ?

Gauthier Delomez
12h00, le 06 novembre 2021, modifié à
13h55, le 06 novembre 2021

On n’y pense peut-être pas, mais beaucoup d’expressions de la langue française utilisent le champ lexical de la nourriture. Prendre de la bouteille, mettre son grain de sel… Auteure de 150 drôles d’expressions de la cuisine qui ne manquent pas de sel (Le Robert) avec la participation d’Yves Camdeborde, Marcelle Ratafia revient, dans l’émission La table des bons vivants, sur l’origine de certaines expressions entrées dans le langage courant. « L’argot est très inspiré par la violence, l’argent, mais aussi la nourriture », souligne-t-elle sur Europe 1.

Poulets, bœufs carottes… la police très représentée

L’univers policier compte beaucoup d’expressions autour de la nourriture. Par exemple, la maison Poulaga sert à désigner le 36, quai des Orfèvres, où se situe la police judiciaire à Paris. « Avant, c’était le marché à la volaille, où l’on vendait des poulets », explique Marcelle Ratafia.

L’auteure évoque également d’autres expressions comme le panier à salade, « qui secoue ses invités comme des feuilles de salade, ou encore les salades que l’on raconte pour désigner des mensonges. On dit aussi ‘être bon comme la romaine’, qui veut dire qu’on est aussi tendre qu’une feuille de laitue et qu’on va se faire pincer », raconte l’écrivaine. Enfin, les bœufs carottes peuvent s’appliquer aux policiers qui font « mijoter » leurs prévenus.

Le vin et la sauce : deux thèmes qui ont inspiré

Le vin n’est pas non plus avare côté expressions, comme « rhabiller la frangine », qui est une demi-bouteille en pays angevin », précise Marcelle Ratafia, soulignant que toutes ces expressions ne sont pas forcément issues de l’argot. « Prendre de la bouteille vient d’une coutume romaine qui consistait à offrir une amphore de vin pour un anniversaire », poursuit l’écrivaine. Ou encore « verser des pots-de-vin », qui provient de la Bourgogne. « Cela a exactement le même sens que dessous de table, puisque cela désignait quelque chose qui venait en plus, comme un bakchich », indique Marcelle Ratafia.

Le thème de la sauce revient également souvent dans la langue française. « Mettre la sauce », « envoyer la sauce », « employer à toutes les sauces »… Selon l’écrivaine, la sauce inspire « de par sa variété. Chacun en préfère une ».

Des expressions qui ont changé de signification

Certaines expressions ont changé de signification, comme « avoir la dalle ». « À l’origine, c’était avoir soif, et plutôt de l’alcool. Cela vient d’un vieux mot breton qui appartient à la marine, puisque c’était un petit conduit sur les bateaux qui permettait d’écouler l’eau. On comprend l’idée du gosier. » Autre expression venue du monde de la marine : « aller de conserve », et non pas « de concert ». « On fait souvent la culbute. La conserve vient de cum servare, qui signifie naviguer à vue. Le mot ‘conserve’ rappelle la petite boîte que l’on connait tous, et qui était souvent utilisée pour manger sur les bateaux », précise-t-elle.

Chaud devant, mettre son grain de sel, payer en espèces… Marcelle Ratafia estime qu’il y a encore beaucoup d’autres expressions françaises autour de la nourriture. Preuve que la gastronomie est un marqueur culturel en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici