Comment EDF se prépare à la relance du nucléaire

Après dix ans de déboires, la filière dit avoir retrouvé le niveau de qualité requis pour ce futur grand chantier.

Alors qu’Emmanuel Macron devrait prochainement annoncer une commande de six réacteurs nouvelle génération EPR 2, le secteur du nucléaire français dit avoir tiré les enseignements d’une décennie noire durant laquelle il a multiplié les déboires, entre les retards multiples sur les chantiers de l’EPR finlandais et de Flamanville, les malfaçons chez Framatome, et les soudures défectueuses. «La filière se transforme et elle sera prête», a assuré lundi Alain Tranzer, délégué général à la qualité industrielle et aux compétences nucléaires d’EDF.

Cet ancien du groupe PSA a été recruté mi-2020 par l’électricien national pour piloter le plan «Excell» censé remettre le nucléaire civil hexagonal au niveau. Une étape indispensable avant toute nouvelle commande de l’État. Alain Tranzer a dressé lundi un bilan positif d’Excell. «Ce plan, ce n’est pas de la cosmétique, pas du Powerpoint, mais du concret et du terrain, a-t-il martelé. L’année à venir doit nous permettre de consolider les actions menées

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici