le grand pèlerinage des candidats à Colombey-les-Deux-Eglises

Alexandre Chauveau, avec AFP
09h18, le 09 novembre 2021, modifié à
09h24, le 09 novembre 2021

Une grande partie de la classe politique va se rendre ce mardi à Colombey-les-Deux-Églises pour commémorer les 51 ans de la mort du général De Gaulle. A six mois de l’élection présidentielle, les candidats cherchent à récupérer l’héritage gaulliste. De la « politique spectacle », disent certains.

De Jean Castex à Anne Hidalgo, en passant par les candidats des Républicains, près d’une dizaine de femmes et d’hommes politiques de premier plan vont défiler ce mardi à Colombey-les-Deux-Églises pour rendre hommage au général De Gaulle, décédé il y a 51 ans. Rarement le petit village de la Haute-Marne n’aura vu autant de beau monde se précipiter sur la tombe du général. A six mois de l’élection présidentielle, les politiques veulent associer leur image à celle de De Gaulle.

« Tout ça est assez pitoyable »

La forte présence politique à Colombey ce mardi est aussi une manière de répondre à Eric Zemmour. Le candidat putatif à l’élection présidentielle a fait de nombreuses références à l’héritage gaulliste tout en multipliant les déclarations polémiques sur Philippe Pétain. Jean-Louis Debré, l’ex-président du Conseil constitutionnel, voit d’un mauvais œil ce grand raout sur la tombe du général De Gaulle. 

« Chacun tire un enseignement de ce qu’a été le général De Gaulle. Simplement, De Gaulle n’a pas d’héritier. Certains peuvent chercher à comprendre et à s’inspirer de ce qu’il a fait mais chaque époque est différente et tout ça manque de sincérité. Est-ce que vous avez vu tous ces personnages l’année dernière à Colombey ? Je vous pose la question. Est-ce que vous les verrez l’année prochaine ? Tout ça est assez pitoyable. Tout ça, c’est la politique spectacle, et un mauvais spectacle », tacle l’ex-député UMP. 

Tous les présidents de la République, à l’exception du socialiste François Mitterrand, se sont rendus au moins une fois pendant leur mandat à Colombey. L’affluence y est la plus forte au moment des commémorations de l’Appel du 18 juin et de la mort du général, décédé le 9 novembre 1970 à 80 ans dans sa résidence de La Boisserie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici