Les rois du fret sortent grands gagnants de la crise sanitaire

DÉCRYPTAGE – Les acteurs du transport maritime et aérien de marchandises n’ont jamais gagné autant d’argent. Et en profitent pour opérer des mouvements stratégiques.

Pas question de le crier à tue-tête: les acteurs du transport de marchandises n’ont pas envie d’être provocateurs dans un paysage économique où certains secteurs restent fragilisés. Mais, à demi-mot, ils le reconnaissent: ils font partie des grands gagnants de la crise sanitaire. «Avec la pandémie, les ménages qui ne pouvaient plus consommer de services (cinéma, restaurant, vacances…) se sont rués sur les produits (ordinateur, canapés, tondeuses…) fabriqués en Asie, explique Arthur Barillas qui dirige la société de conseil en transport international, Ovrsea. Cela dope l’activité des opérateurs de fret, chargé d’apporter ces articles en Amérique du Nord ou en Europe.»

Les armateurs qui exploitent d’énormes porte-conteneurs sont les premiers à profiter de cette manne: dans le monde, 90 % des marchandises circulent par voie maritime. Ainsi, au troisième trimestre, le leader mondial du secteur, Maersk, a battu tous les records: son chiffre d’affaires a augmenté de 67 % à 16,6 milliards de dollars

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici