La grogne sociale monte dans les entreprises

DÉCRYPTAGE – La hausse automatique du smic et la hausse des prix de l’énergie ont renforcé les attentes des salariés en matière salariale.

Ce n’est pas l’étude publiée par Proxinvest qui va apaiser le climat. Le cabinet, qui se penche chaque année sur les rémunérations des dirigeants des grandes entreprises, constate que si la crise sanitaire a imposé une certaine modération en 2020 – les rémunérations ont baissé de 14 %, pour atteindre tout de même en moyenne 3,2 millions d’euros – cela pourrait bien ne pas être le cas en 2021. Et ce, car des augmentations ont déjà été validées par certains conseils d’administration. L’information n’aura assurément pas échappé aux syndicats, alors qu’ils entament les négociations salariales annuelles. Dans certaines entreprises les discussions ont même commencé depuis longtemps, bien plus tôt que d’habitude. «L’augmentation automatique du smic début octobre a accéléré le calendrier. Les représentants des salariés ont voulu ouvrir les négociations salariales dans la foulée», confie une responsable RH de la grande distribution.

Mais si cette augmentation de 35 euros mensuels, liée à l’inflation,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici