le second contrat égyptien est entré en vigueur

Le versement du premier acompte permet de concrétiser la deuxième commande d’avions de combat français, annoncée en mai 2021 par Le Caire.

Six mois après avoir été rendue publique, la seconde commande de Rafale par l’Égypte se concrétise. «Le contrat, portant sur l’acquisition par l’Égypte de 30 Rafale supplémentaires pour équiper son armée de l’Air est entré en vigueur», a annoncé, ce lundi, Dassault Aviation*, le constructeur de l’avion de combat français. Le 4 mai dernier, Le Caire avait décidé de compléter sa première acquisition de 24 Rafale, signée en 2015. L’Égypte avait en effet été le premier pays à choisir le Rafale pour moderniser son armée de l’air.

Au total, ce sont donc 54 Rafale qui seront opérationnels au sein de l’armée de l’air égyptienne. Ce qui fera de cette flotte la seconde au monde, après celle des armées françaises. « Dans un contexte géopolitique exigeant, l’Égypte a choisi le Rafale pour assurer, en toute souveraineté, son rôle d’acteur incontournable de l’échiquier régional et international. C’est un honneur pour Dassault Aviation ainsi que pour ses partenaires qui sont entièrement mobilisés pour répondre aux attentes des Autorités Égyptiennes », déclare Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation.

Ce second contrat, «d’une valeur de l’ordre de 4 milliards d’euros avec l’armement et les prestations, selon l’Hôtel de Brienne, s’inscrit dans le cadre de la continuité de la relation privilégiée que les deux pays ont bâtie puis renforcée ces dernières années. Paris et Le Caire partagent une analyse commune en matière de lutte contre le terrorisme et de maintien de la stabilité dans les régions du sud de l’Europe et de la sécurité en Méditerranée.

Vision commune

« L’Égypte est la clef de voûte de la préservation de nos intérêts en matière de sécurité et d’approvisionnement de l’Europe (en pétrole, NDLR) avec 20.000 bateaux, qui transitent tous les ans par le canal de Suez », expliquait-on, en mai dernier, au cabinet de Florence Parly, la ministre des Armées. « L’Égypte nous offre des points d’appui en mer Rouge avec la base aérienne de Berigat et des autorisations de survols, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. »
Le Caire et Paris partagent la même vision sur le respect de l’intégrité des eaux territoriales, en particulier en Méditerranée orientale que la Turquie a contestée ces derniers mois.

Ce nouveau contrat «renforce les liens historiques tissés avec Dassault Aviation depuis près de cinquante ans. Il
témoigne également de la satisfaction des autorités égyptiennes quant au bon déroulement de l’exécution du premier contrat. Enfin, il confirme l’excellence technologique et opérationnelle
du Rafale et son succès à l’export», explique le constructeur.

Les premières livraisons des 30 Rafales pourraient intervenir dès 2024 (trois ans sont en effet nécessaire pour fabriquer un Rafale, après l’entrée en vigueur du contrat).

*Le groupe Dassault est propriétaire du Figaro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici