Heineken conteste l’hégémonie d’AB InBev en Afrique du Sud

Le brasseur hollandais va racheter le spécialiste local des vins et spiritueux Distell, valorisé 2,2 milliards d’euros.

Les interdictions de vente d’alcool à répétition depuis le début de la pandémie en Afrique du Sud – pour lutter contre la propagation du Covid – n’ont pas tari les ambitions de Heineken dans le pays. Lundi, après six mois de tractations, le brasseur néerlandais a annoncé qu’il allait racheter la majorité du capital du spécialiste sud-africain des vins et spiritueux Distell, pour 1,3 milliard d’euros. Celui-ci, qui produit notamment la liqueur Amarula, le cidre Savanna et le vin Nederburg, a tenté à la rentrée, en vain, de faire monter les enchères au-delà de 200 rands par action (11 euros). Heineken déboursera finalement 10,35 euros par titre Distell, ce qui valorise sa cible 2,2 milliards d’euros.

En parallèle, le brasseur des Pays-Bas acquerra les 49,9 % du capital qu’il ne détenait pas encore du brasseur Namibia Breweries, le leader de la bière en Namibie. Avec ces deux mouvements, le groupe connu pour sa marque éponyme, Desperados, Affligem et Pelforth, boucle donc une opération de plus

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici