ArcelorMittal se lance dans la révolution de l’acier vert

Les investissements sont considérables: le premier producteur mondial d’acier envisage de mettre 10 milliards d’euros sur la table d’ici 2030 au niveau mondial.

Produire de l’acier émet du CO2 en très grande quantité. ArcelorMittal se retrouve donc à la tête des deux premiers sites industriels en termes d’émissions de ce gaz en France. Conscient du problème, le géant de l’acier s’est fixé une feuille de route très ambitieuse, qui vise à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25 % dans le monde d’ici 2030 et à être neutre en carbone d’ici 2050.

«Pour l’Europe, nous avons une ambition plus forte avec une réduction de 35 % d’ici 2030, précise Eric Niedziela, vice-président Action Climat d’ArcelorMittal. Les solutions à mettre en œuvre sont déjà définies. Il s’agit de techniques que nous connaissons ou d’innovations, mais qui bénéficient déjà de projets pilotes.» En premier lieu, il s’agit d’améliorer le bilan carbone des processus existants, notamment par le recyclage des ferrailles ou par la capture, puis la réutilisation ou le stockage de CO2. Cela nécessite d’investir, notamment dans des fours électriques, pour faire fondre les ferrailles

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici