Sarah Ferguson raconte son amour de la France

Alexis Patri
16h50, le 18 novembre 2021, modifié à
16h59, le 18 novembre 2021

Sarah Ferguson était jeudi l’invitée exceptionnelle de Stéphane Bern et Matthieu Noël, jeudi dans « Historiquement vôtre ». Dans son unique interview accordée à une radio française, la duchesse d’York présente son nouveau roman, « À la conquête de sa liberté », inspirée de la vie de son aïeule Lady Margaret.INTERVIEW

Invitée exceptionnelle d’Historiquement vôtre jeudi pour présenter son roman À la conquête de sa liberté, la duchesse d’York Sarah Ferguson détaille à Stéphane Bern et Matthieu Noël son amour de la littérature française, et de la France. Son roman s’inspire de la vie de son aïeule Lady Margaret et raconte le parcours d’une femme qui s’émancipe des carcans de son époque et de son milieu social.

Les récits d’Alain Delon et de Jean-Paul Belmondo

« J’ai étudié avec Florence Belmondo, nous avons fait des études ensemble. Elle était dans ma classe, c’était ma meilleure amie », rappelle la duchesse. « Donc je venais beaucoup en France enfant, où je passais du temps avec Alain Delon et avec Jean-Paul Belmondo. J’avais beaucoup de chance. J’écoutais toutes leurs histoires. »

Et Sarah Ferguson s’est également très rapidement amourachée d’autres histoires contées par des Français illustres. « J’étais complètement obsédée par Flaubert et Madame Bovary, et par Balzac », se souvient-elle. « La manière dont Balzac parle de la vie provinciale, du rapport avec Paris, de ces allers-retours-là… Cela me passionnait. »

Un roman qui mélange influences françaises et anglaises

Autant d’influences qui semblent avoir inspiré dans l’écriture de ce nouveau roman la duchesse d’York, qui n’oublie pas non plus les auteurs anglais classiques. « Quand je parle de littérature, c’est un mélange. Je prends des choses un peu partout, comme Dickens le faisait quand il empruntait à Balzac. Et c’est comme lorsque l’on me demande quelle est ma religion : je prends des choses du bouddhisme, de l’hindouisme, du catholicisme. Il y a plein de petites choses merveilleuses dans chaque religion », compare Sarah Ferguson.

« Pour écrire ce livre, je me suis servie peut-être servie du savoir littéraire que j’ai comme des ingrédients d’un gâteau qui serait à la croisée de Madame Bovary et d’autres choses », complète-t-elle. « C’est comme la recette d’Olivier Poels dans votre émission : il faut beaucoup d’ingrédients pour écrire un roman. »

Envie d’en savoir plus ? Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’interview de Sarah Ferguson en cliquant sur le lien ici ou dans la vidéo ci-dessous :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici