La Cour des comptes pointe les risques du nouveau nucléaire

EDF développe un modèle d’EPR plus simple, mais inédit, pour remplacer le parc existant de centrales.

D’ici à 2050, la France devra renouveler son parc nucléaire tout en accroissant sa capacité totale de production électrique. Le tout pour réussir à se sevrer des énergies fossiles. Un défi à tous points de vue, rappelle la Cour des comptes dans un rapport publié jeudi. Entre autres, le lancement probable d’un nouveau programme nucléaire, dont Emmanuel Macron devrait présenter les contours dans les prochaines semaines, présente des risques qu’il faut bien anticiper, préviennent les magistrats.

«La construction à grande échelle de nouvelles capacités nucléaires suppose de surmonter les difficultés rencontrées jusqu’à présent sur les chantiers d’EPR en Europe, écrit la Cour des comptes. Il s’ensuit une incertitude en termes de capacité à construire un nouveau parc de réacteurs dans des délais et à des coûts raisonnables.» Sachant qu’il faudrait construire, pour ne serait-ce que maintenir une part de 50 % de nucléaire dans le mix électrique au-delà de 2050, pas moins de 25 à 30 EPR.

La première

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici