Carrefour passe encore seize hypers en location-gérance

Selon ce mode de gestion, qui se rapproche de la franchise, les salariés des magasins concernés ne sont plus ceux de Carrefour, mais deviennent ceux du locataire-gérant.

Carrefour accélère le recours à la location-gérance pour relancer ses hypermarchés. Le distributeur a communiqué ce jeudi aux syndicats du groupe son intention de passer 43 nouveaux magasins en location-gérance, dont 16 hypermarchés. Selon ce mode de gestion, qui se rapproche de la franchise, les salariés des magasins concernés ne sont plus ceux de Carrefour, mais deviennent ceux du locataire-gérant. Ce dernier n’est plus salarié de Carrefour non plus, mais il est son propre patron, même s’il ne possède pas les murs de son magasin.

Pour Carrefour, le procédé permet de couper des foyers de pertes sans perdre des parts de marché. Les magasins passés en location-gérance diminuent généralement le nombre de salariés qu’ils emploient. Ces salariés perdent par ailleurs certains avantages sociaux liés à Carrefour. De quoi redresser mécaniquement leur rentabilité.

L’an dernier, Carrefour avait fait passer 55 magasins en location-gérance, dont 10 hypermarchés. Mais cette année, le distributeur cible de gros magasins, quand il limitait précédemment le recours à la location-gérance à des hypermarchés de taille moyenne. Ceux de Vitrolles (19.000 m2), dans les Bouches-du-Rhône, de Portet-sur-Garonne, près de Toulouse (17.000 m2), d’Aulnay (14.000 m2) et de Marseille grand Littoral (15.000 m2), devraient être concernés si le projet de la direction est maintenu.

L’hyper de Portet-sur-Garonne est un symbole des difficultés de ce format en France. Il a longtemps été le plus grand de l’enseigne (25.000 m2) lorsque Carrefour a décidé d’en réduire la taille, à la fin décennie 2000. Mais le groupe n’est pas parvenu à le remettre sur pied. «Le redressement de ces hypers était impossible dans le cadre du modèle intégré, explique Carrefour. Le passage à la location-gérance vise à éviter de les fermer et à préserver l’emploi.» Les syndicats déplorent que 6000 salariés sortent du giron de Carrefour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici