bras de fer entre la Corse et l’État

Condamnée à dédommager Corsica Ferries pour avoir subventionné sa rivale SNCM entre 2007 et 2013, la collectivité de Corse refuse de payer 86,3 millions d’euros. Elle estime que c’est à l’État français de payer.

La bataille navale entre Corsica Ferries et feu la SNCM continue de faire des ravages. Peu importe que l’un des adversaires, la SNCM, ait coulé il y a sept ans. La plainte de Corsica Ferries contre les avantages perçus entre 2007 et 2013 par sa rivale de la part de la collectivité de Corse (CDC) a été traitée malgré la faillite de la SNCM, en 2014.

En septembre dernier, le Conseil d’État a condamné la CDC à payer à Corsica Ferries 86,3 millions d’euros, en réparation du préjudice lié au «subventionnement illégal» de sa rivale. La collectivité est l’autorité organisatrice des transports sur l’île. À ce titre, elle attribue et gère les délégations de service public (DSP), ces dessertes avec le continent subventionnées par la collectivité pour assurer une continuité territoriale.

Las. La collectivité de Corse ne veut plus entendre parler ni de cette vieille histoire ni du naufrage de la SNCM. Celui-ci a mis au jour les responsabilités des syndicats (CGT et syndicat des travailleurs corses),

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici