Le Yara Birkeland, porte-conteneurs 100 % électrique et sans équipage

En convoyant par la mer jusqu’à 120 conteneurs d’engrais dans le sud de la Norvège, le Yara Birkeland évitera près de 40.000 trajets en camion par an.

Le Yara Birkeland est le premier porte-conteneurs électrique et bientôt sans équipage à naviguer sur les mers. Vendredi, avec sa silhouette effilée, il était la vedette du port d’Oslo. Yara International, le groupe de chimie norvégien qui produit des engrais azotés, est à l’origine de ce projet. En convoyant par la mer jusqu’à 120 conteneurs d’engrais depuis une usine de Porsgrunn, dans le sud de la Norvège, vers le port de Brevik, à une dizaine de kilomètres de là, le Yara Birkeland évitera près de 40.000 trajets en camion par an.

Long de 80 mètres, il peut naviguer à une vitesse maximale de 13 nœuds (24 km/h) et dispose d’une batterie de 7 MWh. À bord du Yara Birkeland, la salle des machines a été remplacée par huit compartiments tapissés de batteries. «L’équivalent de cent Tesla», explique Jostein Braaten, le chef de projet.

Le petit porte-conteneurs sera complètement autonome dans deux ans. Pendant cette période, il va effectuer deux trajets d’une dizaine de kilomètres par semaine. Un parcours semé d’embûches. Équipé de capteurs, il devra naviguer dans un fjord étroit, passer sous deux ponts, se frayer un chemin parmi les navires de commerce, bateaux de plaisance et kayaks avant d’accoster dans un des ports les plus encombrés de Norvège. À terme, le navire chargera et déchargera sa cargaison, rechargera ses batteries et naviguera sans intervention humaine. «Le facteur humain est aujourd’hui la cause de nombreux accidents», a souligné Jostein Braaten.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici