Au Havre, les ouvriers de l’ancienne centrale à charbon embauchés pour fabriquer des éoliennes

Le fabricant Siemens Gamesa est lancé dans une course contre la montre.

Parfois, il suffit de traverser la rue pour trouver du travail. Employé comme ingénieur de la centrale charbon EDF du port du Havre, où il travaillait depuis douze ans, Yves-Édouard Majorel n’a eu qu’à franchir la route du Môle-Central pour rejoindre l’usine d’éoliennes de Siemens Gamesa en construction. Au printemps dernier, alors que la centrale thermique vivait ses derniers instants, il a rejoint le constructeur hispano-allemand. Du charbon aux énergies renouvelables.

«C’est le sens de l’histoire que de passer d’une industrie établie mais déclinante, le charbon, qui a permis notre développement industriel, à une nouvelle filière décarbonée», philosophe Yves-Édouard Majorel. L’ingénieur des Mines de Saint-Étienne est une exception chez Siemens Gamesa du Havre: il occupera peu ou prou le même poste d’encadrant (responsable maintenance) que chez EDF. Il en va bien autrement pour les futurs ouvriers de l’usine.

Personne, dans le bassin d’emploi du Havre, n’a jamais travaillé à la fabrication

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici