ces hausses qu’on nous cache… Les révélations d’Agnès Verdier-Molinié

EXCLUSIF – La Fondation Ifrap a fait le bilan des baisses et des hausses d’impôts sous le quinquennat d’Emmanuel Macron. Sa directrice générale tire la sonnette d’alarme: la diminution des impôts directs annoncée n’est pas au rendez-vous pour les ménages, surtout les plus aisés.

La fiscalité sera au cœur des débats de l’élection présidentielle. La politique du «quoi qu’il en coûte», indispensable pour éviter l’effondrement de notre économie, se paiera-t-elle par des hausses d’impôts? Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, écarte avec fermeté cette piste ; il annonce même 50 milliards d’euros de baisses sur l’ensemble du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Les équipes de la Fondation Ifrap ont ausculté les derniers chiffres disponibles, soit ceux de 2017, 2018 et 2019. Pour elles, le compte n’y est pas encore. Si la fiscalité a bien été allégée pour les entreprises, les ménages, dans leur ensemble, n’ont pas vu leurs impôts directs diminuer durant ces trois années, y compris, contrairement à une idée reçue, les 10 % les plus aisés d’entre eux. Comme le souligne l’Ifrap, l’augmentation de la CSG a pesé lourd dans les comptes de nombreux foyers, compensant l’impact des allégements de cotisations sociales et des réformes fiscales (suppression de la taxe d’habitation, IFI,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici