les contrôles en entreprise vont s’intensifier

Face à la cinquième vague d’épidémie, le gouvernement veut inciter au respect du protocole sanitaire pour éviter des mesures plus contraignantes.

«Ces dernières semaines, il y a eu un certain relâchement dans l’application du protocole sanitaire en entreprise. Chacun pensait que l’épidémie était derrière nous mais ce n’est pas le cas». C’est par ces mots que la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a commencé sa visite ce lundi au siège de L’Oréal à Clichy (Hauts-de-Seine). Si certains de nos voisins européens viennent d’imposer le renforcement du télétravail, cette mesure n’est pas à l’ordre du jour en France… mais elle n’est pas non plus à exclure si la cinquième vague épidémique devait dégénérer. C’est pourquoi, a rappelé la ministre, «nous avons un enjeu à ce que chacun se mobilise pour respecter les gestes barrière [masques, distanciation sociale, etc.], ce qui nous évitera des restrictions plus importantes». Première conséquence d’un retour à une vigilance accrue, les contrôles de l’inspection du travail sur le respect du protocole sanitaire en entreprise vont s’intensifier, a prévenu Élisabeth Borne.

Chez L’Oréal, ce matin-là, les inspecteurs n’auraient rien trouvé à redire! Pour la ministre, l’entreprise «applique le protocole avec rigueur». Élégamment disposés sur un présentoir, des masques sont à disposition à l’accueil, ainsi que le gel hydroalcoolique «maison». De nombreux tubes de solution trônent également sur les tables de la cafétéria, autour desquelles les collaborateurs gardent le masque, ne le faisant glisser que pour boire leur café. «Une attitude appliquée quotidiennement et qui n’est pas due à votre visite!», a tenu à préciser Jean-Claude Legrand, le directeur général des ressources humaines du groupe, dont 56% à 60% des 2000 collaborateurs qui œuvrent à Clichy sont actuellement présents sur site.

À VOIR AUSSI – Covid-19: où en est-on vraiment?

10 jours d’isolement

L’accord d’entreprise, signé dès octobre 2020, prévoit deux jours de télétravail par semaine. Les types de réunion devant être tenues en présentiel ont été déterminés par les managers, formés au télétravail. Par ailleurs, des contrôles réguliers sont effectués à l’arrivée des collaborateurs pour s’assurer du bon respect des jours télétravaillés. En cas de contamination d’un salarié, celui-ci reste à l’isolement pendant dix jours, comme le prévoit le protocole national, et les collègues identifiés cas contacts doivent se faire tester et s’isoler jusqu’au résultat de leur test.

La semaine dernière, 16 cas avérés ont été mis en isolement et 49 cas contacts identifiés ont été placés en télétravail. «Nous sommes intransigeants sur les gestes barrière et nous continuons à maintenir la garde haute», a assuré Nicolas Hieronimus, le directeur général du groupe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici