En conserve ou surgelés, les légumes vont manquer

Les industriels du secteur s’inquiètent en particulier pour les pois et les haricots verts.

«Le problème n’est pas de savoir comment on va vendre, mais plutôt comment on va produire.» Jean-Charles Orhan, vice-président de l’interprofession des légumes en conserves et surgelés (Unilet), sonne l’alerte. L’année 2022 s’annonce encore tendue pour les industriels du secteur. Alors que le succès des petits pois, haricots, carottes, brocolis et autres épinards en conserve ou surgelés ne se dément pas, avec des achats des ménages fin septembre encore 7 % supérieurs à ce qu’ils étaient avant la pandémie de Covid, les fabricants s’attendent à manquer de matière sur certaines productions. Comme sur les pois ou les haricots verts.

«Il est difficile d’être catégorique sur les ruptures, mais la jonction de campagne en mai et juin prochains s’annonce très compliquée, confirme Jean-Charles Orhan. À la fois car nous avons eu une récolte en demi-teinte cette année, à cause des aléas météorologiques, mais aussi car nos rendements sont en berne depuis plusieurs années. Cette perte de productivité

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici