l’exécutif confronté à une crise politico-sanitaire avant la présidentielle

Jacques Serais
10h26, le 23 novembre 2021

A cinq mois de la présidentielle, le tandem Macron-Castex est confronté à une crise politico-sanitaire en Guadeloupe. L’exécutif a prévu de ne rien lâcher concernant l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers sur l’île, au risque de devoir entamer un bras de fer coûteux à 7.000 kilomètres de la métropole.ANALYSE

Cela fait une semaine que la Guadeloupe connaît une flambée de violences liée à l’opposition d’une partie de la population à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire. Ce week-end, le gouvernement a envoyé des renforts de police et de gendarmerie afin de pacifier la situation, qui reste tendue ce mardi. Une situation dont l’exécutif se serait bien passée. « On ne peut pas utiliser la santé des Français pour mener des combats politiques », a déclaré Emmanuel Macron lundi.

L’exécutif ne veut rien lâcher

Le même jour, le premier ministre Jean Castex a discuté en visioconférence avec les élus locaux et a lancé un appel au calme tout en condamnant fermement les violences qui ont agité l’île. « Je condamne avec la plus grande fermeté ces violences », a-t-il répété à deux reprises, les mains posées sur son pupitre et le ton grave. C’est la ligne de l’exécutif : ne rien lâcher, ne rien céder face à « une petite minorité violente » pour que l’ordre républicain soit rétabli. 

Seul petit pas vers les réfractaires à la vaccination sur l’île : la création d’une instance de dialogue dont Jean Castex ne précise pas les contours. Et si dialogue il y a, la position du locataire de Matignon n’évoluera pas. Pas question de revenir sur l’obligation vaccinale pour les soignants et les sapeurs pompiers, jure Jean Castex.

A cinq mois de la présidentielle, alors que l’épidémie de Covid repart à la hausse et que dans le même temps, les questions de sécurité sont omniprésentes dans la campagne, le couple de l’exécutif veut jouer sur les deux tableaux : le sanitaire et l’ordre, au risque d’entamer un bras de fer à 7.000 kilomètres de Paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici