Renault fait le tri parmi ses sous-traitants

«Renault Group ne peut s’engager sur le projet de reprise d’Alty-Sifa», a affirmé le groupe qui a toutefois décidé de soutenir le projet de reprise d’une autre fonderie en difficulté.

Les 350 salariés de Sam étaient suspendus à la décision de Renault, l’unique client de la fonderie automobile située à Decazeville, dans l’Aveyron. C’est finalement non.

Reprise en 2017 par le chinois Jinjiang, l’entreprise avait été placée en liquidation judiciaire avec prolongation d’activité jusqu’au 10 décembre. «Renault Group ne peut s’engager sur le projet de reprise d’Alty-Sifa», a fait savoir le constructeur mardi soir. Il s’agissait du seul projet en lice. «Une nouvelle fois, comme cela avait été constaté en juillet 2021, cette offre ne présente pas les conditions de pérennité et de sécurité nécessaires pour l’entreprise et ses salariés, estime le constructeur. Il existe de forts doutes sur la solidité financière, malgré les supports financiers externes envisagés, et les réelles capacités d’investissement et de redressement de Jinjiang SAM par Alty-Sifa.» Le constructeur a pointé «l’absence structurelle de compétitivité» du site malgré «un soutien financier direct important à l’entreprise avec 42 millions d’euros investis en cinq ans».

Projet de reprise

L’ancien PDG de SAM, Patrick Bellity, avait répété son intérêt pour une reprise par son groupe Alty. La région Occitanie s’était engagée à accorder une subvention de 900.000 euros et un prêt de 2,4 millions d’euros. Et l’État à apporter 1 million d’euros de subvention et 4,5 millions d’euros de prêt pour soutenir «une offre viable». Le Losange va «poursuivre le dialogue avec les salariés» de SAM, afin de leur proposer des solutions d’emploi au sein de Renault, bien qu’ils ne fassent pas partie du groupe.

Le constructeur a décidé en revanche de soutenir le projet de reprise d’une autre fonderie en difficulté, Alvance Aluminium Wheels, par le groupe Saint-Jean Industries. 280 salariés y travaillent à Diors, dans l’Indre. Le groupe s’engage à consulter l’entreprise «pour le développement et la production de roues en aluminium», ce qui lui permettra d’atteindre un volume de production «pouvant atteindre 500.000 roues annuelles au bénéfice de Renault».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici