Comment Macron veut faire émerger des start-up dans le nucléaire

DÉCRYPTAGE – Le chef de l’État alloue 1 milliard d’euros pour l’innovation dans ce secteur très fermé et très réglementé. Trois jeunes pousses se sont déjà lancées avec des projets de miniréacteurs.

Start-up nucléaires. Voilà qui sonne comme un oxymore au pays des grands projets et des grands groupes de l’atome. En parallèle de la relance de la construction de grands réacteurs EPR 2 pour remplacer un parc vieillissant, le chef de l’État veut pourtant faire émerger des acteurs innovants dans cette industrie lourde et ultraréglementée.

Retraitement des déchets radioactifs, miniréacteurs… «Des start-up et des PME françaises sont en train de proposer des innovations de rupture dans le nucléaire», soulignait Emmanuel Macron le 12 octobre en présentant son plan d’investissement France 2030. Le chef de l’État est prêt à ouvrir son chéquier pour les aider. «Nous devons ouvrir le jeu de manière totalement inédite et nous sommes prêts à y investir 1 milliard d’euros d’ici 2030, en commençant très vite avec des premiers projets très clairs», précisait-il.

«Le choix de la discrétion»

La sortie présidentielle n’est pas due au hasard. L’exécutif a repéré trois pépites françaises qui préparent à bas bruit des projets «disruptifs»

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici