Réduire le nombre de fonctionnaires ? Pas crédible, répond Juvin

Clément Perruche
08h56, le 29 novembre 2021, modifié à
11h54, le 29 novembre 2021

INTERVIEW

Philippe Juvin était l’invité d’Europe Matin pour notre dispositif spéciale présidentielle, à quelques jours du congrès LR. Le candidat à l’investiture des Républicains se démarque de ses rivaux à droite par sa position sur la fonction publique. Alors que la majeure partie de sa famille politique souhaite réduire le nombre de fonctionnaires, parfois dans les grandes largeurs, Philippe Juvin milite, lui, pour un maintien et un renforcement de la fonction publique.

Philippe Juvin veut plus de fonctionnaires au contact des Français

« On manque d’infirmières, on manque d’aides-soignants, on manque de juges, on manque de procureurs, de policiers, de douaniers et on va m’expliquer qu’on va réduire le nombre de fonctionnaires ? Ce n’est pas crédible », s’est alarmé le chef des urgences de l’hôpital Georges Pompidou, qui a exprimé sur Europe 1 son désir d’incarner une « droite des services publics ». « Parce que les services publics sont l’assurance que les citoyens sont traités pareillement sur tout le territoire. Les services publics, c’est un facteur de prospérité pour le pays. Il n’y a pas de pays prospère quand les gens ne sont pas protégés par des policiers, soignés par des soignants, et éduqués par des professeurs. »

Pour arriver à ses objectifs, le chef des urgences de Pompidou veut faire un meilleur usage des budgets. « Je ne dis pas qu’il faut plus de fonctionnaires. Il faut mieux les repartir. Par exemple, je diviserai pas trois le nombre d’administratifs à l’hôpital public. Il y a autant d’administratifs à l’hôpital public que de médecins. Je prends leur poste budgétaire et je m’en sers pour les répartir sur les postes de soignants », a-t-il expliqué. Le but étant d’avoir « plus de fonctionnaires au contact des Français, au contact des patients à l’hôpital, des personnes âgées dans les EHPAD ».

Services publics : « la droite a fait des erreurs »

L’occasion également, pour le candidat à l’investiture LR de faire un bilan de l’action de sa famille politique vis-à-vis de la fonction publique. « Pendant longtemps, nous nous sommes abîmés sur la question des services publics. Je crois même que nous nous sommes caricaturés », a-t-il reconnu. « La droite a fait des erreurs et parmi ces erreurs, il y a eu cette attitude que les services publics devaient absolument être rentables. On a besoin de services publics en France, et je les défendrai. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici