Quelle place pour l’économie dans le programme d’Eric Zemmour ?

EDITO

Officiellement candidat à la présidence de la République, dans sa vidéo mise en ligne mardi dernierEric Zemmour a esquissé quelques idées principales de son programme. Dans l’édito éco, Nicolas Bouzou est revenu sur son programme économique qu’il juge inadapté et passéiste. Selon l’éditorialiste, bien qu’Eric Zemmour s’intéresse à la grandeur de la France vu sous l’angle militaire, il ne s’intéresse pas au bien être de ses habitants et donc, il ne s’intéresse pas beaucoup à l’économie. 

Une vision plutôt qu’un programme 

Il n’y a pas véritablement de mesures  économiques précises, mais il y a une certaine vision de l’économie. Selon Eric Zemmour, il faut davantage d’industrie, davantage de made in France. C’est ce que l’on a appelé entre le 16e et le 18e siècle le mercantilisme. Selon Eric Zemmour, l’arrêt de l’immigration résoudra nos problèmes de désindustrialisation, d’emplois, de pouvoir d’achat, de dette. C’est une vision protectionniste assez partagée dans la classe politique aujourd’hui. Les candidats Arnaud Montebourg, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, prônent un protectionnisme qui se rapproche de la vision exposée par Eric Zemmour dans sa vidéo de candidature. 

Mercantilisme mais pas de libéralisme

Dénonçant la bureaucratie française ou européenne et s’apparentant à une vision mercantiliste de l’économie, Eric Zemmour n’est pas toutefois un libéral. Il est protectionniste, il est colbertiste, il déteste la mondialisation. L’hostilité du candidat Zemmour à l’innovation technologique est clairement lisible dans son discours. Une hostilité paradoxale à la question clé de la souveraineté qui passe aujourd’hui par notre capacité à maîtriser l’innovation dans des domaines comme le numérique, l’intelligence artificielle ou l’hydrogène.

Mépris de l’économie? 

Par l’absence de mesures économiques précises, Eric Zemmour fait passer le discours politique au dessus de l’économie. Il est possible que les électeurs ne s’intéressent peut-être pas à la part de l’industrie dans le PIB ou au nombre d’emplois non pourvus. Mais la réalité économique existe. Cette idée que la politique doit être au dessus de l’économie a toujours été présente chez plusieurs candidats. Pour des raisons économiques, François Mitterrand ou Jacques Chirac par exemple ont été obligés de prendre des mesures qui allaient à l’encontre de leur programme moins de deux ans après le début de leur mandat. Mépriser l’économie dans une campagne présidentielle, c’est se condamner, si on est élu, à mentir aux électeurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici