« J’ai l’avantage et l’inconvénient de rendre les politiques sympathiques »

Manon Fossat
08h42, le 12 octobre 2021, modifié à
15h06, le 13 octobre 2021

Sur Europe Matin mardi, le politologue Jérôme Sainte-Marie et l’animateur vedette de C8, Cyril Hanouna, ont détaillé leur vision de la France à quelques mois de l’élection présidentielle à travers deux prismes : celui des réseaux sociaux et celui des sondages. Ils sont également revenus sur les hommes politiques d’aujourd’hui et leur présence médiatique.

A quelques mois de l’élection présidentielle, les candidats – déclarés ou non – se positionnent peu à peu sur l’échiquier politique. Et plusieurs outils permettent déjà d’appréhender l’évolution de la société. Invités de Sonia Mabrouk mardi dans Europe Matin, le politologue Jérôme Saint-Marie et l’animateur Cyril Hanouna ont livré leur vision de la France et de l’état des Français. Ils publient en effet chacun des ouvrages très différents à ce sujet, à savoir Bloc populaire aux éditions Cerf et Ce que m’ont dit les Français aux éditions Fayard, signé de l’animateur ainsi que de Christophe Barbier.

« Je suis un peu le Michel Drucker 3.0 »

Pour Cyril Hanouna, les homme politiques ont aujourd’hui autant besoin de venir dans des émissions spécialisées que sur des émissions moins sérieuses. « Michel Drucker par exemple a toujours reçu des politiques, on pense notamment à Jacques Chirac. Et je suis un peu le Michel Drucker 3.0. J’ai l’avantage et l’inconvénient de les rendre tous sympathiques et c’est ce qui me dérange un petit peu parce que ça peut influencer à aller voter pour eux même si leurs idées ne correspondent aux personnes qui regardent », a-t-il jugé.

L’animateur a également estimé que les hommes politiques « ont besoin de montrer autre chose » en venant dans son émission, et que cela permet également de toucher des gens qui ne sont pas encore fixés et ne savent pas pour qui voter. 

En réaction aux propos de Cyril Hanouna, le politologue Jérôme Sainte-Marie a quant à lui cité l’historien Timothy Tackett, spécialiste de la Révolution française. « Lorsqu’il décrit le rassemblement des Etats généraux à Versailles en juin 1789, ceux qui émergent sont ceux qui parlent le plus fort et qui ont la voix pour se faire entendre », a-t-il estimé. « Il y a une sélection naturelle en quelque sorte des grands personnages qui vont devenir les personnalités connues de la Révolution, à travers cette capacité à s’exprimer et à retenir l’attention. C’est une règle absolue de la politique et c’est ce qu’il se passe également dans l’émission de Cyril me semble-t-il ». 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici