Comment Instagram a lancé la carrière (et changé la vie) de Camille Lellouche

Alexis Patri
14h00, le 11 décembre 2021, modifié à
14h28, le 11 décembre 2021

INTERVIEW

Elle a failli baisser les bras, à quelques mois du succès. La chanteuse, actrice et humoriste Camille Lellouche est samedi l’invitée d’Isabelle Morizet dans l’émission  Il n’y a pas qu’une vie dans la vie. Elle se confie sur le moment difficile de sa vie qui a précédé sa rencontre avec le public, et du rôle crucial qu’a joué Instagram dans ce tournant de vie. « L’humour est vraiment arrivé dans sa vie par hasard », explique-t-elle. « J’ai toujours aimé faire rire mes proches, mais je me suis jamais vue comme une humoriste. Jamais, jamais. Je voulais être chanteuse et actrice. »

Pourtant, depuis plusieurs années, ses proches insistent. « Tu me fais trop rire, tu devrais faire un spectacle », lui répètent-ils. Un conseil que Camille Lellouche n’écoute pas dans un premier temps, et qu’elle préfère balayer d’un « Déjà que je galère en tant que chanteuse, ne me remettez pas dans une galère artistique ! » C’est finalement dans un moment difficile de sa vie qu’elle va se lancer dans l’humour.

« J’étais très franchement en train de sombrer »

« Au final, le succès est venu avec les réseaux sociaux quand ça ne marchait plus du tout pour moi. Je n’arrivais pas à être chanteuse, puisque ça ne prenait pas », confie-t-elle. « Je suis retournée chez ma mère parce que j’étais très franchement en train de sombrer. Je n’étais pas très heureuse. Et puis, je me faisais chier chez ma mère. »

Pour s’occuper, Camille Lellouche tourne de courtes vidéos humoristiques qu’elle poste sur les réseaux sociaux, sans autre ambition que de faire rire ses proches. « La première vidéo que je poste fait le buzz », s’étonne-t-elle encore aujourd’hui. « Et donc j’ai commencé à créer plein de personnages. Et ça m’a redonné confiance en moi. »

« Le succès est arrivé plus vite en humour qu’en musique », poursuit celle qui réussit désormais dans les deux domaines. « Du coup, j’ai continué. Et j’ai eu la chance de rencontrer Laurent Ginka, qui est le frère de Titof, et avec qui j’ai écrit mon spectacle en travaillant ensemble sept ans. Il a cru en moi très fort. Et on a créé le spectacle que je voulais, c’est-à-dire de l’humour, du chant, des pleur, du piano, de la guitare, de la danse. On a tout fait ! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici