«Seule Valérie Pécresse peut être le pivot d’un rassemblement au second tour»

Solène Delinger
10h46, le 12 décembre 2021, modifié à
11h45, le 12 décembre 2021

Invité du « Grand Rendez-Vous » Europe 1/CNews/Les Échos, Eric Ciotti a renouvelé son soutien à Valérie Pécresse, candidate de la droite désignée à l’issue du congrès des Républicains. Selon lui, la présidente de la région Ile-de-France est la seule capable de rassembler les électeurs de droite et d’extrême droite au second tour pour battre le président de la République Emmanuel Macron. INTERVIEW

Eric Ciotti croit en la victoire de Valérie Pécresse. Invité du « Grand Rendez-Vous » Europe 1/CNews/Les Echos, le député des Alpes-Maritimes a estimé que la candidate LR à l’Elysée était la seule capable de rassembler les électeurs de droite et d’extrême droite au second tour pour battre Emmanuel Macron. « Seule Valérie Pécresse peut être le pivot d’un rassemblement au second tour », a-t-il déclaré au micro de Sonia Mabrouk. Une manière de réaffirmer son soutien à Valérie Pécresse, alors que des dissensions commençaient à apparaître suite au congrès des Républicains. 

Valérie Pécresse présidente, un « symbole de modernité »

Le député des Alpes-Maritimes reste fidèle à la candidate LR, malgré les appels du pied de plus en plus insistants d’Eric Zemmour, qui cherche à séduire les « Ciottistes ». « Je souhaite ardemment que Valérie Pécresse gagne, qu’elle soit la première présidente de la République française », a-t-il affirmé au micro d’Europe 1. « Ce serait un symbole de modernité très fort », a-t-il soutenu. Et, au-delà de ce symbole, Eric Ciotti est également convaincu par le programme de Valérie Pécresse. « Je souhaite sa victoire pour le pays, pour enrayer le déclin ». 

Pas d’alliance avec le centre

Et il en est persuadé : le premier tour se gagnera à droite « sur les valeurs d’autorité, de liberté et d’identité ». Le député des Alpes-Maritimes ne souhaite donc pas une alliance avec le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde. « Je ne suis pas pour une alliance d’appareils. Chaque électeur est libre. Il faut qu’on aille chercher des électeurs qui sont partis vers Marine Le Pen et des électeurs qui seraient tentés par Eric Zemmour. Il faut qu’on leur parle. L’enjeu est là. Ne mettons pas de l’eau tiède qui ferait fuir beaucoup plus d’électeurs ». Pas d’union de la droite et du centre, donc, ni d’alliance avec Eric Zemmour. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici