Toyota cherche à rattraper son retard dans la batterie

DÉCRYPTAGE – Lors d’une conférence de presse internationale, Akio Toyoda, le président du premier constructeur automobile mondial, a voulu prouver que son groupe n’accusait aucun retard dans sa stratégie zéro émission.

Toyota vient d’ajouter 1,5 million de véhicules électriques à construire aux 2 millions par an qu’il avait déjà programmés d’ici à 2030. Souvent cité pour s’être concentré pendant des années sur la vente de véhicules hybrides non rechargeables, considérés comme des véhicules thermiques du fait de leur modeste batterie, le constructeur japonais a ajouté 4 000 milliards de yens (31,2 milliards d’euros) à ses investissements dans l’électrification de ses modèles.

Sa marque haut de gamme, Lexus, sera entièrement convertie aux batteries d’ici à la fin de la décennie. Toyota compte désormais lancer trente modèles électriques à cette échéance, alors qu’il n’en avait annoncé que quinze d’ici à 2025. Le dirigeant a admis n’avoir jamais été intéressé par la première génération de véhicules à batteries lancés par son groupe dès les années 1990. «J’avais conduit une RAV4 et mon impression n’avait pas été bonne», a-t-il avoué. Mais désormais, ils sont «plaisants à conduire», dit-il. Ce coup d’accélérateur…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 58% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici