Les employés de l’hôtellerie-restauration en position de force

La plupart des professionnels pensaient à une désaffection passagère: après de longues vacances d’été, le rythme des embauches reprendrait. Ce n’est pas le cas.

Un manque criant de personnel. La pandémie a destabilisé les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration dans des proportions inédites, les obligeant à repenser les conditions de travail et améliorer les salaires de leur personnel. Il manque des bras dans tous les postes – en cuisine comme en salle -, ce qui compromet la bonne marche des établissements.

Selon la Dares, le secteur a perdu 237.000 salariés entre février 2020 et février 2021. C’est d’autant plus brutal que les effectifs avaient progressé d’environ 50.000 par an, les deux années précédentes. Quand ils ont rouvert le 9 juin, les restaurateurs ont dû reprendre leur activité avec des équipes réduites. Cet été, le nombre de démissions et licenciements pour abandon de poste s’est révélé plus important que d’habitude. La plupart des professionnels pensaient que cette désaffection était passagère, et qu’après de longues vacances d’été, le rythme des embauches reprendrait. Ce n’est pas le cas. À la surprise générale, c’est…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici