L’arrêt de réacteurs nucléaires fait vaciller EDF

Le titre du groupe a perdu plus de 15 % après cette annonce. La production d’électricité a rarement été si faible.

EDF a annoncé mercredi soir l’arrêt de deux de ses réacteurs nucléaires les plus puissants, ceux de la centrale de Chooz, dans les Ardennes. Après la détection de défauts sur des éléments sensibles des réacteurs de Civaux, qui appartiennent à la même famille, EDF, «en tant qu’industriel responsable et par mesure de précaution», a pris la décision d’arrêter deux réacteurs supplémentaires «afin de procéder à titre préventif à ces mêmes contrôles». Dans une note l’IRSN, bras technique de l’Autorité de sûreté nucléaire, prévient que «des actions de contrôle pourraient s’avérer nécessaires sur les autres réacteurs en exploitation».Sans que cela nécessite forcément leur mise à l’arrêt.EDF exploite 56 réacteurs en France.

L’annonce d’EDF de ce jeudi concrétisele pire des scénarios: une suspicion de «défaut générique» sur une famille entière de réacteurs, en l’occurrence les quatre «N4», dernier modèle mis en service dans les années 1990. Un défaut d’usure a été observé sur l’équipement de sécurité…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici