les concessionnaires se réinventent pour survivre

Chute des ventes, digitalisation des transactions et pression des constructeurs les obligent à revoir leur modèle.

Désertés par les clients aspirés par les plateformes digitales, mis sur la sellette par les constructeurs, les concessionnaires automobiles contre-attaquent. Pas question de subir sans riposter la chute des ventes de voitures neuves (-25% en 2021 en France par rapport à 2019), la transition accélérée vers l’électrique et la pression des constructeurs sur la réduction des coûts de distribution pour maintenir leur marge. «Nous avons décidé de prendre notre destin en mains», s’exclame Jean-Michel Lain, le patron de Jean Lain Mobilités, nouveau nom du concessionnaire né à la fin des années 1960 en Savoie.

«Nous allons sortir de la dépendance des ventes de véhicules neufs et d’occasion en nous diversifiant sur de nouveaux marchés. Nous devenons des prestataires de mobilité en offrant à nos clients des services», s’exclame le fils du fondateur, dont la stratégie de rebond s’appuie sur son ancrage local. Installation de bornes de recharge électrique pour particuliers et entreprises, partage de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici