la thérapie cellulaire progresse en Europe

Un troisième traitement à base de CAR-T, mis au point par BMS, a été autorisé.

C’est un traitement sur-mesure qui préfigure la médecine de demain, personnalisée et de pointe. Depuis le mois d’août dernier, Abecma, un médicament à base de CAR-T (du nom des cellules T, des globules blancs appelés lymphocytes) mis au point par le laboratoire américain Bristol-Myers Squibb (BMS), est autorisé en Europe. Il permet de traiter les patients atteints de myélome multiple, un cancer du sang qui touche 35.000 nouveaux patients par an sur le Vieux Continent.

Ce traitement consiste à prélever les propres cellules du patient, à les reprogrammer en laboratoire puis à les lui réinjecter afin qu’elles tuent les cellules cancéreuses. Un processus long (un mois de fabrication, le temps que les cellules se multiplient) et complexe, mais qui permet de prolonger – jusqu’à vingt-cinq mois en moyenne – l’espérance de vie d’un patient en rechute dont c’est le dernier recours après plusieurs chimiothérapies. «C’est une nouvelle technologie révolutionnaire qui nourrit beaucoup d’espoirs chez…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici