Les délais de remboursement des Prêts garantis par l’État vont être assouplis pour les entreprises en difficulté

30 000 entreprises fragiles financièrement devraient profiter de délais supplémentaires pour rembourser leurs prêts, assure Bruno Le Maire.

Invité de RTL ce mardi matin, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno le Maire a promis d’accompagner les entreprises fragiles qui ont souscrit des Prêts Garantis par l’État avec un premier remboursement prévu en avril. «Il y a aujourd’hui quelques milliers de très petites entreprises, entre 25 et 30 000 entreprises d’artisans, de restaurateurs, du bâtiment qui se disent qu’elles n’arriveront pas à rembourser l’échéance du printemps», a confirmé le ministre.

«Nous allons leur apporter une solution sur mesure. Il faut qu’elles s’adressent à la médiation du crédit et qu’elles demandent l’une des deux solutions que nous proposons. Soit un étalement de leur PGE qui pourrait être étalé jusqu’à dix ans, alors que normalement on ne peut pas aller au-delà de six ans. L’autre possibilité, c’est de commencer à rembourser non pas au printemps prochain mais six mois plus tard à la fin de l’année 2022», a détaillé Bruno le Maire en défendant une initiative «validée par la Commission européenne, le gouverneur de la Banque de France et la Fédération bancaire française».

Dans le contexte de persistance des restrictions sanitaires qui pèsent sur certains secteurs comme l’évènementiel ou l’hôtellerie-restauration, le ministre de l’Économie et des Finances a assuré que le gouvernement maintenait des mesures de soutien au cas par cas de manière ciblée. Il s’est notamment dit «ouvert» à des exonérations de charges pour les entreprises dont l’activité souffre encore du contexte sanitaire.

Lundi, Bruno le Maire et la ministre du Travail Élisabeth Borne avaient reçu les représentants de ces entreprises en leur promettant d’autres aides. L’activité partielle sera ainsi remboursée à 100% sans reste à charge pour les entreprises qui perdent 65% de leur chiffre d’affaires (contre 80% auparavant) et leurs coûts fixes seront couverts par l’État lorsque leur activité baisse de 50% (contre 65% auparavant).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici