Air France navigue à vue avec Omicron

L’entreprise n’exclut pas de prolonger l’accord d’activité partielle au premier semestre 2023..

Pour l’instant, tout ne va pas si mal pour Air France. «En janvier, nous prévoyons un niveau d’activité à 79 % de celui de 2019», souligne la compagnie. Bien plus que les 62 % de fin septembre. Et, malgré l’explosion des cas de Covid, le transporteur aérien n’a pas dû annuler de vols à cause d’une inflation de malades dans son personnel.

Une performance comparée à ses concurrents: à cause de la faiblesse des réservations, Ryanair a réduit sa capacité de 33 % pendant les fêtes et a doublé sa prévision de pertes pour son exercice 2021-2022. De son côté, Lufthansa a renoncé à effectuer 33 000 vols cet hiver. Et, pour conserver ses créneaux aéroportuaires, elle en a maintenu 18 000 trop peu remplis. Un problème qui n’affecte pas Air France. «On n’a jamais volé à vide et on ne le fera pas», affirme la compagnie. «Air France est moins touché par les effets d’Omicron que d’autres compagnies car les restrictions de déplacement sont moins fortes dans l’Hexagone qu’ailleurs», explique Yann Derocles…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici